Das Paradies ist nebenan

Jochen Plogsties (Adriaen Coorte Still life with wild strawberries, Öl auf Papier auf Holz, 16,5 x 14 cm, 1705)

Jérôme Zonder (FR) & Stefan Guggisberg (CH/DE)
Anaïs Goupy (FR) & Jochen Plogsties (DE)
Marceau Couve (FR) & Christian Herzig (DE)
Kevin Monot (FR) & Stefan Schessl (DE)

LIA (Leipzig International Art Programme), das Residenzprogramm des deutsch-französischen Netzwerks Fugitif und der Kunstraum Westpol a.i.r. space präsentieren eine gemeinsame Ausstellung “Das Paradies ist nebenan”. Die ausgewählten deutschen und französischen Künstler haben drei Monate lang in Paaren zusammengearbeitet. In der Ausstellung stellen sie entweder bereits existierende, parallel zueinander entstandene oder neu kreierte Werke vor. Die Schüler des Wiprecht-Gymnasiums Groitzsch haben dabei die Künstler begleitet und präsentieren im Ausstellungsraum ihre Dokumentation „Der rote Faden“, die eine Reflexion über die gewonnenen Erfahrungen darstellt.

LIA (Leipzig International Art Program), the residency program of the Franco-German Network Fugitif and the art space Westpol a.i.r present a collaborative exhibition “Das Paradies ist nebenan”. The selected German and French artists have worked for three months on the project in pairs. In the exhibition they present either already existing, or newly created works, in reference to each other. Students from the high school Wiprecht Groitzsch have accompanied the artists during their process and will exhibit their own reflections on the experience gained during the art mediation.

ein Projekt von Project by Fugitif | | LIA – Leipzig International Art Programme | | Westpol a.i.r. space | | Wiprecht-Gymnasium Groitzsch
Koordiniert und kuratiert von Coordinated and curated by: Marlène Perronet, Kristina Semenova, Sebastian Denda
Kunstvermittlung Art intermediation by: Cathleen Hettenhausen, Ina Luft, Olivier Colin, Riccardo Eichler

Vernissage: 18. April, 19 Uhr, westpol a.i.r. space Opening: 18th of April, 7 pm, westpol a.i.r.
Öffnungszeiten: 18. April-5.Mai, Do-Sa, von 16 bis 20 Uhr Opening Hours: 18th of April – 5th of May, Thu-Sat, 4 pm – 8 pm
Finissage: 5. Mai, 19 Uhr, Westpol a.i.r. space Finissage: 5th of May, 7 pm, Westpol a.i.r. space
Westpol a.i.r. space: Karl-Heine-Str. 85, 04229 Leipzig

Mit finanzieller Unterstützung vom DFJW (deutsch-französischen Jugendwerk)
With financial support of the FGYO (French-German Youth Office)

Mit freundlicher Unterstützung vom Fachschaftsrat der Romanistik Klaphiro und dem Unternehmen Siniat.
With friendly support of student representatives of the Romance Philology Klaphiro (University of Leipzig) and the company Siniat.

In Our Backyards / on A.I.R. (Leipzig) / down TOWN (Stuttgart)

Un projet initié par United Residencies (réseau de résidences d’artistes à Leipzig) et l’Akademie Schloss Solitude (Stuttgart)

dans le cadre des résidences de Jean-Luc Dang / Marija Linciute et de Chloé Piot à Fugitif (octobre 2012)

Avec des travaux de Ursula Achternkamp / Niklas Nitzschke, Apparatus 22, Jason Bereswill, BLUMEN A.I.R. Collective, Chan Sook Choi, Radovan Čerevka, Nina K. Doege, Youki Hirakawa, Alexander Jackson Wyatt, Marija Linciute / Jean-Luc Dang, Basir Mahmood, Tiziano Martini, Yael Mer / Shay Alkalay, Falk Messerschmidt, Sybille Neumeyer, ozz, Ariane Pauls, Thomas Pausz, Pavle Pavlović, Chloé Piot, Shirin Sabahi, Jason Sho Green, Thomas Thwaites etc.
Commissariat et coordination: Juliane Beck, Bettina Lehmann et Marlène Perronet

IN OUR BACKYARDS /on A.I.R.
Leipzig /4. — 14.10.2012
Spinnerei Werkschau Halle 12 / Luru Kino Spinnereistraße 7

4.10., 19 oo
Vernissage / Performance
WERKSCHAU Halle 12, Baumwollspinnerei
Exposition du 5 au 14 octobre 2012 du mardi au dimanche (12 oo — 19 oo)

5 octobre 2012 (19 oo— 20 3o)
Programmation vidéo
Luru Kino in der Spinnerei

IN OUR BACKYARDS /down TOWN
Stuttgart /25. — 28. 10.2012
Projektraum Römerstraße 2

25.10., 19 oo
Exposition Partie 1/ Performance

26.10., ab 16 Uhr
Exposition Partie 2 et soirée vidéo

27.10 ab 16 Uhr
Exposition Partie 3 et discussion

28.10.
Finissage

Télécharger le carton d’invitation au format PDF
Visiter le site Internet

Delicate Affairs

Fugitif ist ein Französisch-Deutsches Künstlernetzwerk, das in einem Leipziger Haus zusammen lebt und arbeitet. Die Organisation fördert und unterstützt gemeinschaftliche Projekte: Während ihrer Residenzen sind die Künstler eingeladen, jeweils ein eigenes Projekt zu organisieren.

Jede/r KünstlerIn hat eine- anderssprachigen Partner/in eingeladen, um ein gemeinsames Projekt zu realisieren. Aus diesem Prozess sind auf unterschiedliche Weise neue Arbeiten für das Kunsthaus Speckstrasse entstanden.

Télécharger le catalogue au format PDF

Gespr

Wo situieren sich Künstlerresidenzen in Zeiten geschäftiger Betriebsamkeit? Welche Rolle spielen sie heute als Rückzugsort, Auszeit oder Netzwerk? Als Raum des Austausches, der Recherche aber auch einer ökonomischen und künstlerischen Förderung? Ist ihre geografische Lage immer noch ein entscheidendes Kriterium oder welche anderen Faktoren sind für Künstler(-Residenzen) heute relevant? Im gemeinsamen Gespräch stellen VertreterInnen der Akademie Schloß Solitude (Stuttgart) und United Residencies (Blumen, fugitif, LIA, Pilotenküche, Studio 14, One-Sided Story) ihr Programm vor.

Mit:
Michael Arzt (Studio 14)
Candace Goodrich (One-Sided Story)
Jean-Baptiste Joly (Akademie Schloss Solitude)
Falk Messerschmidt (Fugitif)
Fridey Mickel (Pilotenkueche)
Kristina Semenova (Leipzig International Art Programme)
David Voss (Blumen)

Hochschule für Grafik und Buchkunst Leipzig
Wächterstraße 11 – 04107 Leipzig
19.04.2012 / 19 Uhr

http://studiointernational.hgb-leipzig.de/changing_hives.html

W O T

[FR] « Dein Klub » (« ton Club ») accueille qui veut bien s’y rendre depuis 12 ans, chaque lundi à partir de 21h et sans période de relâche, dans un débarras de 12,5 m2 situé dans le jardin de l’espace d’exposition associatif Oberwelt e.V. à Stuttgart.
A partir de 2003 ceux qui pénètrent l’espace confiné de Dein Klub sont invités à participer au projet W O T Ø R W O E R L D.

Individuellement ou en groupe, ils y visionneront des scènes originales plus ou moins longues du film hollywoodien quasi-éponyme de 1995, « Waterworld », bide mémorable superproduit par Kevin Costner (qui en endosse par ailleurs le rôle principal). Un plan est isolé, choisi en fonction du nombre de participants et de leur disponibilité, afin d’être analysé en termes de construction, de rythme et de composition. Chacun reproduit ensuite au mieux le rôle d’un acteur, ses mouvements, ses déplacements. Les costumes et les effets spéciaux font eux-mêmes l’objet d’une minutieuse restitution avec les moyens du bord. Le rythme des dialogues, la composition de chaque plan sont scrupuleusement respectés. Le son est finalement synchronisé avec l’original en post-production.
Environ 450 acteurs se sont relayés pour rejouer chaque plan (de quelques secondes à une longue séquence) et entre autres, la figure de « Mariner » fluctue tout au long du film, selon l’âge et l’identité sexuelle de la personne qui l’interprète.

A la suite de « Waterworld », W O T Ø R W O E R L D s’est prolongé en « parties » qui se succèdent selon une logique narrative décidée par un collège (variable) de participants. Ces parties (pour l’instant au nombre de 4, il est prévu d’en réaliser 16) sont réalisées d’après des « modèles » filmiques emblématiques, choisis par ce même collège de participants parmi les abîmes du patrimoine cinématographique mondial. Ainsi la partie 2, « Nightmare Dryland », est-elle conçue d’après la série télévisuelle suédoise « Vi på Saltkråkan » (elle-même tirée d’un roman d’Astrid Lindgren). La partie 3, « Enola Saga », prend quant à elle pour modèle l’anime « Heppoko Jikken Animation Excel Saga » (1999), réalisé par Shin’ichi Watanabe d’après le manga Japonais de Kōshi Rikudō, « Excel Saga ». La partie 4, « Down to Wetland » a enfin pour modèle le « Titanic » de James Cameron (1997).

En 2003, après avoir reçu 850 participants, le lieu de tournage lui-même est « cloné » pour transporter le projet dans le monde. « Dein Klon » (« Ton Clone ») reproduit les mesures et proportions exactes de « Dein Klub ». Pour le gros-œuvre, il est fait de bâches en plastique transparentes. Cette installation artistique, dispositif permettant de créer un espace de production et un espace social ainsi qu’un lieu de tournage, a été montré dans différents festivals, musées et galeries à travers l’Europe. Chaque participant obtient un DVD du projet, principal moteur de sa diffusion.

Sur une Online Pokies proposition de Marlène Perronet,
Fugitif invite Peter Haury, représentant de « Dein Klub »
à installer « Dein Klon » à sublab (Leipzig)
le vendredi 16 décembre 2011 à partir de 18h.

Avec la participation de Westpol
Voir la page du projet [en allemand et anglais] sur le site d’Oberwelt

[DE] W O T Ø R W O E R L D ist ein partizipatives Spielangebot und Langzeit-Film-Kopie-Projekt, ausgehend vom 5-jährigen lippensynchronen Nachdreh des seinerzeit teuersten Films Hollywoods in der Abstellkammer des selbstorganisierten Veranstaltungsraumes Oberwelt e.V. in Stuttgart, die zum wöchentlichen öffentlichen Treff ausgebaut ist, oder einer Kopie dieser Kammer auf Tour mit ständig wechselnden Darsteller/innen.
Mittlerweile wird an anderen Filmen, die zu Nachfolgeteilen gekürt und reflexiv für die Logik von Kevin Kostners Waterworld (Vorlage für Teil 1) vereinnahmt wurden, weitergearbeitet. Die Vorlage für Teil 2, „Nightmare Dryland“, ist die Astrid-Lindgren-Verfilmung „Ferien auf Saltkrokan“, für Teil 3, „Enola-Saga“, das japanische Anime/Manga „Excel-Saga“ und für Teil 4, „Down to Wetland“: „Titanic“.
Kreative Analyse der monumentalen Vorlagen, spontanes Spiel, Rollenwechsel und Improvisation auf engstem Raum bestimmen den Rahmen der Arbeit. (mehr lesen)


Teil 2: Nightmare Dryland (22.08.2007) « Melcherson »: Peter Haury 00:16:47 / Angelika Zeller 00:16:49 / Heike Meyer 00:16:28

[EN] Over the course of the last eight years « Dein Klub » (Your Club) an artists gathering in Stuttgart, Germany, has been producing W O T Ø R W O E R L D. The project aims to achieve lip-synchronicity with the 1995 Hollywood film epic that goes by the name of « Waterworld », the most expensive feature film of its time.
Dein Klub is a storage chamber in the backyard of the small but influential artist run event-space « Oberwelt » in Stuttgart. For the past 12 years Dein Klub has been a public meeting place. On Monday nights we gather in the confinement of twelve and a half square metres, often crafting away at this project. All costumes and props are improvised and spontaneously sourced from the room or its occupants. Since the Club is always popular with visitors – local and from abroad – and everybody willing to participate gets involved, W O T Ø R W O E R L D so far has accumulated a cast of about 850 acting participants. With this ever-growing community behind it, the characters of the movie are impersonated by a changing cast.
In 2003 we started working in a cloned copy of Dein Klub titled « Dein Klon » (Your Clone). Retaining the measurements and proportions of the original storage chamber, Dein Klon is made of transparent plastic sheeting. This art installation that serves as a film production facility and social space has been touring film and arts festivals, museums and public galleries throughout Europe. (read more)

Evénement sur Facebook

Contact kontakt@fugitif.eu
sublab e.V.
Karl-Heine-Straße 93
04229 Leipzig

> to.counter.proof <

Sébastien Rémy & Jerome Cavaliere
« performative comment », von Susanne Ramsthaler (am 17. november 2011, 20h)
kuratiert von Marlène Perronet, commissaire en résidence à Fugitif (Leipzig)
sur une invitation de Hanns-Michael Rupprechter.

Vues de l'exposition (Sébastien Rémy)

Jerome Cavaliere, "ArtAtHome" 10 impressions sur papier encadrées 18 x 24 chacune 2006 - 2011

Susanne Ramsthaler, "performative comment"

Jerome Cavaliere et Sébastien Rémy ont conçu l’exposition « To. Counter. Proof » (« A. Contre. Épreuve »),
à partir de travaux préexistants ayant avoir avec la(es) notion(s) de négativité, proposant une dialectique
entre un « en dedans » et un « en dehors » du champ de l’art.

Jerome Cavaliere expose un ensemble de pièces où lui-même se met en scène (par l’autoportrait ou le discours) au cœur d’un réseau de personnalités constitué d’artistes, de collectionneurs, de faussaires et de publics réfractaires.

Dans ses « conférences » et autres « activités » Sébastien Remy s’intéresse aux rumeurs, aux non-dits et aux modalités de prises de parole, aux phénomènes d’apparitions / disparitions (du langage, d’une figure…)

A l’occasion du finissage de l’exposition, Susanne Ramsthaler propose une performance, « performative comment », à partir des textes qu’elle a traduits pour la documentation qui accompagne l’exposition.

weitere eindruecke…

Liste des œuvres exposées:

1 – Sebastien Rémy, chute d’un bloc d’argile auto-durcissant de la fenêtre de mon appartement.
(N° étage, rue, ville, année)
Blocs d’argile, 5 kilos.
Depuis 2010

A chaque fois que Sebastien Remy a l’occasion de déménager, il se saisit d’un bloc d’argile auto-durcissant et le défenestre. Le résultat, montré dans l’espace d’exposition, dépend de la hauteur de laquelle ces blocs ont été lâchés (de la gravité). Ces formes sont entourées de boîtes de protection, précaution de conservation qui contraste avec la pauvreté de la matière. Elles soulignent la dimension du souvenir de ces objets, dont les conditions de réalisation ne sont pas reproductibles (« when gravitation becomes form »).

2 – Jerome Cavaliere, Flagrants délits
5 Photographies contrecollées sur PVC – 105 X 70 cm
2011

La série de photographies Flagrants délits rassemble des saynètes nocturnes où l’artiste, en costume de ville, serait surpris alors qu’il cambriole des intérieurs de collectionneurs. Le flash de l’appareil éclaire violemment le visage de ce personnage burlesque à l’instant où il détache un tableau d’Olivier Mosset au dessus d’une tête de lit, soulève une poutrelle dans une installation de Jannis Kounellis ou des parties d’une œuvre démontée de Bernar Venet, aux commandes d’un engin « Fenwick ».
Les oeuvres volées ont en commun leur aspect minimal, la sécheresse des matériaux, l’absence de gestuelle, de lyrisme. Les photographies de ces scènes, dont on ne peut raisonnablement pas garantir la véracité, constituent quant à elles un document à charge grotesque, un cliché délirant.
L’artiste joue avec humour de l’aspect solennel de ces oeuvres abstraites qui constituent le socle de l’art contemporain et sont constamment en proie aux critiques les plus emblématiques, telles que celle qui dénonce précisément l’absence de virtuosité, de geste (« tout le monde peut faire »).

3 – Sebastien Rémy, In search of the miraculous (légendes)
Collections de cartes postales – dimensions variables
Depuis 2011

Chaque carte postale (datant du début à la fin du XXe siècle) choisie pour intégrer cette collection est sélectionnée pour les similitudes formelles qu’elle partage avec un imprimé historique publié (en 1975) autour du projet inachevé In search of the Miraculous de l’artiste Bas Jan Ader. Les différentes annotations et légendes commentant les cartes postales, éléments variants rompant avec la monotonie des compositions d’héritage romantique, se dégagent et constituent — par sauts d’une image à l’autre — une sorte de récit discontinu au ton parfois tendre, humoristique, descriptif ou lyrique.

4 – Sebastien Rémy, Composition sporadique de fragments de musiques binaurales
Fichier sonore (mm’), lecteur MP3
Depuis 2009

composition sporadique de fragments de musique binaurale est l’une des « activités » auxquelles s’adonne Sébastien Rémy. Ces « activités » sont des gestes, des mouvements, des pratiques ponctuelles ou régulières qui ne revêtent pas forcément un statut artistique lorsque Sébastien Remy s’y adonne en premier lieu. Lorsqu’il décide de les rendre visibles, il met en avant le processus auxquelles ces pratiques sont liées.
Il s’est ainsi initié à l’écriture des « i-Doses », morceaux musicaux considérés par beaucoup comme des drogues numériques, à l’aide de tutoriaux trouvés sur Internet pour composer ensuite les pièces sonores présentées ici. Loin d’avoir les effets physiques escomptés sur leur auditeur, chaque pièce sonore met en avant un paramètre de composition particulier (différence de fréquence entre l’oreille droite et l’oreille gauche…)

5 – Jerome Cavaliere, Abilities
Impression sur papier – 21 x 30 cm
2006 – 2011

Abilities est un certificat original signé de la main de David Tremlett, lequel habilite Jerome Cavaliere à réaliser les wall drawings au pastel de cet artiste. Ce document a ainsi une valeur « performative » et octroie à Jerome Cavalière un statut dans la chaîne de création de son illustre aîné, statut duquel il se joue en transformant ce certificat en œuvre dont il devient lui-même l’auteur.

6 – Sebastien Rémy, Silence et presques silences (Fragments, Sept 2011)
Vidéo (mm’)
Depuis 2011

Depuis 2001, Sébastien Rémy donne une série de conférences et de textes sur l’arrêt et/ou l’abandon de l’art. Silences et presque silences (annonces et effets) est une conférence portant sur certains rapports qu’entretiennent les artistes ayant arrêté leur pratique avec le langage (oral ou textuel). D’un exemple à l’autre, en étudiant les annonces et leurs effets, Sébastien Rémy incarne alors des figures de l’abandon.
Le récit (textuel ou cinématographique) Silences et presque silences (fragments, sept. 2011) est constitué de quarante citations aux provenances et adresses très hétérogènes, comme un extrait de communiqué de presse, statement, entretien, écrit d’artiste, extrait de mémoire… Le geste de l’abandon est perçu dans ce récit sous la multiplicité de points de vue (des gestes qui le motivent à son hisoricisation, son « instrumentalisation »…)

7 – Jerome Cavaliere, Je dois arrêter de faire n’importe quoi (…)
Dessin mural à la mine de plomb
Dimensions variables
2011

La phrase « Je dois arrêter de faire n’importe quoi et dire que c’est de l’art » est tracée d’une écriture enfantine sur le mur, au crayon de papier et semble pasticher une punition. Le gigantisme de la forme manuscrite à l’épaisseur démesurée, le valeur du trait étant agrandie à l’échelle du mur, fonctionne comme un marqueur d’ironie : ce « wall drawing » associe en effet les codes du « statement » d’artiste à un devoir d’élève.

08 – Jerome Cavaliere, how to do a masterpiece
Série de 4 vidéos filmées avec une webcam
2009

Ces vidéos montrent des internautes filmés par leur webcam alors qu’ils réalisent chez eux des oeuvres de Richard Long, Robert Fillou, Lucio Fontana et Erwin Wurm en suivant les fiches pratiques proposées par le site « Art At Home ».
Chaque candidat va et vient du premier plan, la caméra étant au-dessus de l’écran, au second, leur « plan de travail ». Nous voyons donc leurs visages amusés « en gros plan » alors qu’ils lisent les instructions listées, comme de l’autre côté du miroir. Si la vidéo respecte précisément la durée d’exécution de ces œuvres, la focale et la position traditionnelle de ces caméras numériques ne permettent pas d’apprécier ensuite dans le détail les œuvres ainsi obtenues. C’est l’apprentissage qui domine. Pourtant, à nouveau dans ce travail, les œuvres choisies ont en commun l’absence (supposée) de virtuosité, de gestuelle.

09 – Jerome Cavaliere, Art At Home
10 impressions sur papier encadrées – 18 x 24 chacune
2006 – 2011

Sur http://artathome.over-blog.net, les internautes peuvent télécharger gratuitement des fiches pratiques pour réaliser des oeuvres majeures de l’art contemporain, d’artistes bénéficiant d’une certaine notoriété, comme Monica Bonvicini, Henrik Olesen, Olivier Mosset, etc. Chaque fiche comprend également une partie pédagogique présentant l’oeuvre et la démarche de l’artiste.
Centré sur l’art contemporain et sa confrontation aux représentations populaires, le site propose régulièrement des articles d’informations et de réflexions. Cette approche pédagogique confronte les pratiques contemporaines de l’art à ce que les initiés appellent « le grand public ».

Textes des artistes avec / et de Marlène Perronet.


Im rahmen der FRANZÖSISCHEN WOCHEN
dank an die LANDESHAUPTSTADT STUTTGART
und das LAND BADEN-WÜRTTEMBERG

von 20. oktober 2011 bis 17. november 2011
kann dienstags bis donnerstags
von 14 – 18 h. u.n.v. besichtigt werden.

stuttgarter kunstverein e.v.
dir. hanns-michael rupprechter
filderstrasse 34 – D-70180 stuttgart
++49-711-60 68 67 – – – di – do | 14 – 18 h

i wank