du 11 au 13 mai 2012 – Festival INACT (Strasbourg)


Nans Quetel & Loïc Pantaly, « Die Leiter, la quatrième marche », vidéo, 2010

Dans le cadre de son partenariat avec la Semencerie, Fugitif présente des travaux de Neven Allanic & Geoffrey Crespel, Bodo Hansen & Daniel Windisch, Nans Quetel & Loïc Pantaly ainsi qu’une conférence de Judith Lavagna.
Fugitif sera aussi présent dans Ton Clone (Dein Klon), projet précédemment montré à Leipzig en novembre 2011.

www.halldeschars.eu
www.lasemencerie.org

- – - – -

Projets proposés par Fugitif (Voir le programme complet sur le site de la Semencerie) :


Hansen_Windish – 30’
Bodo Hansen & Daniel Windisch (Leipzig)

Soirée du Vendredi 11 mai 2012 à 00h30, Salle des colonnes
« hansen_windisch is an electronic duo from leipzig, germany. early seventies krautrock meets wave, postpunk, psychedelic and dancefloor…..these two guys will be supported live by Dear Yeane, an german visual artist »
« Dès les premières minutes d’écoute le ton est donné avec les fortes influences de leurs grands frères de DAF et leurs grands parents de Kraftwerk .Les principales ingrédients da la pop minimale électronique sont présents dans les compositions du trio natif de Leipzig. ! »
Baron Von Smock
http://www.youtube.com/watch?v=r5TpHuIaTgc

Die Leiter – 20’
Nans Quetel (Leipzig) & Loic Pantaly (Marseille)

Samedi 12 mai 2012 à 16h30, « water proof » (vernissage), Salle des colonnes
Die Leiter est une série de vidéos issue d’une collaboration entre Nans Quetel et Loïc Pantaly. Cette série traite d’un profond intérêt commun pour les secrets de la vie quotidienne et l’héroïsme. Un rapport indiscernable et ambigu entre les deux protagonistes traite de cet intérêt. Le titre, Die Leiter (l’échelle ou les guides) indique l’ascension.
www.nansquetel.net
www.pantaly.com

Un projet bien construit – Happening, 30’
Geoffrey Crespel (Paris) & Neven allanic (Leipzig)

Samedi 12 mai à 17h00, Salle modulable

Un projet bien construit a pour objectif le bonheur. Un projet bien construit se donne comme objet le White Cube. Un projet bien construit sera une somme de gestes et de paroles scénographiées. La parole dicte-t-elle le geste ?Le geste dicte-t-il la parole? Le geste et la parole sont-ils dissociés? Dialoguent-ils?
www.geoffreycrespel.fr
www.nevenallanic.com

« Autour de la performance: le document » (Conférences – 45 ‘)
Judith Lavagna (Berlin)

Samedi 12 mai à 17h40, Théâtre

Performance, re-enactment et documentationCette discussion porte sur le re-enactment de performances comme acte de re-positionnement historique, entre performances des années 70 et performances d’aujourd’hui.D’où vient l’étymologie du mot re-enactment et comment s’interroger sur la notion de réinterprétation et de paternité de l’œuvre, évoluant dans le temps et dans l’espace au même titre que les documentations? Judith Lavagna est commissaire d’exposition et coordinatrice de projets culturels. Installée en Allemagne depuis 2011, elle mène des projets de résidences et d’expositions et collabore avec plusieurs collectifs artistiques (Fugitif, Agora Collective) basés à Berlin et Leipzig.

W O T Ø R W O E R L D
Oberwelt e.V. / Dein Klub (Stuttgart)

Samedi 12 mai à partir de 14h, Salle des colonnes
W O T Ø R W O E R L D est un remake de plusieurs films (pour la plupart hollywoodiens) mis bout à bouts, avec pour fil rouge un personnage appelé « Enola » (Alone) perdu dans un monde aquatique (parmi les films, Waterworld, Titanic). Chaque film est refait plan par plan, respectant le rythme et la composition, jusqu’au mouvement des lèvres. Il y a à peu près autant d’acteurs que de plans (ceux qui viennent voir ça comme une performance se voient proposé un rôle), ce qui rend l’ensemble relativement chaotique. Tous se relaient pour incarner chaque personnage, quel que soit leur genre, leur corpulence, leur âge, leur look.
www.oberwelt.de

- – - – - -
Horaires
Vendredi 11 mai 20h00-2h00
Samedi 12 mai 14h00- 18h00 – 20h00-2h00
Dimanche 13 mai 14h00-18h00

Lieux
Hall des chars 10 rue du Hohwald, 67000 Strasbourg

espace Off – La Semencerie
42 rue du ban de la roche 67000 Strasbourg

Entrée libre

Geoffrey Crespel, statement

Je rêve d’une chambre si secrète qu’elle n’aurait ni porte, ni fenêtre, ni mur.
Rodrigo Fresán, Mantra, éd. Mondadori, 2001

Geoffrey Crespel s’emploie, depuis plusieurs années, à mettre en scène des dispositifs qui se réfèrent autant aux espaces littéraires « monstrueux » d’un Borges ou d’un Danielewski qu’aux dédales labyrinthiques que suggèrent ces formes d’architectures mentales.
L’artiste puise dans les récits de ces « utopies spatiales » pour impliquer le corps du visiteur dans des scénographies complexes et démultipliées, qui remettent en cause les archétypes de nos architectures modernes et la mémoire vivante de ces espaces quotidiens, comme la maison, l’atelier ou la chambre.
Si les murs transpirent, respirent et toussent, un personnage allégorique* y vit et symbolise tout autant la posture de l’artiste que la mémoire de ces espaces sensibles qui rétrécissent ou s’étendent à l’infini. Pris entre une architecture impérieuse et la précarité de son équilibre, le visiteur se retrouve dans une relation conflictuelle entre la nature géométrique de l’espace physique et celle, entropique, de son propre corps.
*Le chat, figure romantique de la « sauvagerie domestiquée » contenue dans notre urbanité, qui ne perçoit le monde extérieur que depuis sa fenêtre.

Judith Lavagna
Octobre 2010

www.geoffreycrespel.fr