image_residence open call 2015

Résidence OFAJ / DFJW 2015

Résidence OFAJ/DFJW – Leipzig, Allemagne

En 2015, Fugitif propose deux résidences d’artiste financées par l’OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse).

Elles se dérouleront en deux temps :
- un mois pour découvrir la ville, ses lieux, et ses réseaux
- deux mois dédiés à la recherche et à la création.

Aucune contrainte de thème ou de médium, la résidence est sans obligation de résultat.

Ces deux sessions de résidence auront lieu en (Erratum dans le pdf) :
- avril / septembre – octobre —-> deadline des candidatures : 17 mars 2015 
- mai / novembre – décembre —-> deadline des candidatures : 31 mars 2015

Pour plus d’informations et pour connaître les conditions de la résidence : télécharger le pdf

image_residence

Open Call – Residence OFAJ/DFJW 2014

 

Résidence OFAJ/DFJW – Leipzig, Allemagne

En 2014, Fugitif propose deux résidences d’artiste financées par l’OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse).

Elles se dérouleront en deux temps :
- un mois pour découvrir la ville, ses lieux, et ses réseaux
- deux mois dédiés à la recherche et à la création.

Aucune contrainte de thème ou de médium, la résidence est sans obligation de résultat.

Ces deux sessions de résidence auront lieu en :
- avril / juin-juillet —-> deadline des candidatures : 1er mars 2014
- mai / août-septembre —-> deadline des candidatures : 1er avril 2014

Pour plus d’informations et pour connaître les conditions de la résidence : télécharger le pdf

OFFRE D’EMPLOI

Coordinatrice/Coordinateur // Résidence Fugitif, Leipzig Allemagne

Fugitif recrute un/e coordinateur/trice dont la double mission sera de suivre les projets déjà engagés ainsi que de rechercher de nouveaux partenaires. Premier candidat à ce poste, le coordinateur a pour but d’entretenir les initiatives préexistantes tout en étant attentif aux opportunités.

Salarié de Permanent e.V., cette personne travaille sous la direction des présidents de Permanent e.V. et d’ATP, qui valident les choix artistiques (activité bénévole, en relation avec un groupe restreint de membres de fugitifs). Le coordinateur/La coordinatrice doit administrer et coordonner les activités de Fugitif, à commencer par la résidence et les rapports avec nos financeurs / partenaires.

Dans un deuxième temps, le coordinateur/la coordinatrice doit accompagner les projets ponctuels proposés par les membres (le projet « 50 ans d’images » par exemple). Il/Elle organise des réunions régulièrement pour que chaque pôle (comptabilité, médiation dans les écoles, artistes et résidents) se rencontrent et partagent leur actualité. Il/Elle en fait la synthèse et en rédige les comptes-rendus. Il/Elle est force de proposition.

Rendez-vous sur le site internet de Fugitif : télécharger le pdf

Deadline: 15 février 2013

Open Call

Résidence Ofaj – Leipzig, Allemagne

En 2013, Fugitif propose trois résidences d’artiste financées par l’OFAJ
(Office Franco-Allemand pour la Jeunesse).
Toutes ces résidences se dérouleront en deux temps :
- un mois pour découvrir la ville, ses lieux, et ses réseaux
- deux mois dédiés à la recherche et à la création.
Aucune contrainte de thème ou de médium, la résidence est sans
obligation de résultat.

Pour plus d’information et pour connaître les conditions de la résidence : télécharger le pdf
Deadline: 1er Mars 3013

UNTER DEM NEBEL

Details »

Appel

Le romantisme pirate,
un fichier nommé désir.

Manuel se rend dans la ville de Strasbourg (fr) : workshop et exposition au Syndicat Potentiel
et dans la ville de Leipzig (de) : résidence chez Fugitif et One Sided Story,
Présentation de l’objet imprimé lors d’un vernissage à Paris
dans un appartement romantique dont l’hôte est Pierre Rouart.

Voir l’appel à candidatures sur le site de Manuel

DATE LIMITE D’ENVOI DES PROPOSITIONS: 15 NOVEMBRE 2012.
proposition@manuelpublication.com

Appel

La résidence franco-allemande Fugitif, membre du réseau United Residencies (Leipzig), propose à un-e artiste français-e de moins de 30 ans de participer à une rencontre avec des résidents l’Akademie Schloss Solitude (Stuttgart), qui se tiendra en deux temps au mois d’octobre prochain.

Du 1er au 7 octobre, les participants se retrouvent à Leipzig. Ils disposent de 4 jours pour le montage de l’exposition de leurs travaux, prévue du 4 au 7 dans la Halle n°14 de la Spinnerei. Une seconde session est prévue à Stuttgart, dans l’espace d’exposition de l’Akademie Schloss Solitude situé dans la Römerstraße, du 22 au 28 octobre.

L’artiste choisi pour représenter Fugitif est présent en Allemagne du 1er au 28 octobre 2012 et participe aux deux sessions et expositions. La langue de travail est l’anglais.

Il bénéficie, grâce au soutien de l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse et des différents partenaires de l’échange, des différentes possibilités suivantes :

- un aller simple de son lieu de résidence à Leipzig.
- la mise à disposition d’un logement pendant une semaine à Leipzig.
- son transport entre Leipzig et Stuttgart.
- la mise à disposition d’un studio pendant une semaine à l’Akademie Schloss Solitude.
- un aller simple de Stuttgart à son lieu de résidence.
- une bourse de 300€

Commissariat : Bettina Lehmann.
Merci d’adresser propositions et portfolios à marlene@fugitif.eu (anglais / allemand / français)

Date limite de réception des candidatures : 30 avril 2012

www.fugitif.eu/ur
www.akademie-solitude.de

Antoine Renard, « DUGOUT », project presentation

I proposed to borrow a sheet of plywood from the Schaubühne’s gallery space and to build a floatable sculpture out of it. I then want to use that object to explore the Leipzig landscape, in search for German romantic tradition. At the end, i will dismantle the “boat” and return the piece of plywood back to it’s original place.

During the project, only the absence of the sheet is visible.

Antoine Renard, june 2011.

Antoine Renard, DUGOUT, 13 C-print, variable dimension.

Durant son temps de résidence, Antoine Renard a pris comme point de départ le white cube de la Schaubühne Lindenfelds comme une matière première dont il démantèle l’un des éléments, et dans le même temps à l’étude d’un manuel de fabrication d’une embarcation précaire de type « Dugout ».

Se libérant des murs clos de l’institution, l’artiste entreprend alors un voyage par les canaux de la ville, traduisant le besoin solitaire d’explorer l’espace public à la manière des romantiques allemands.

Puis l’artiste revient à la Schaubühne, restituant les matérieux utilisés à leur place initiale. Pendant la production de DUGOUT, seule l’absence de l’élément du white cube est visible.

Judith Lavagna, juillet 2011.

antoinerenard.net

Geoffrey Crespel, statement

Je rêve d’une chambre si secrète qu’elle n’aurait ni porte, ni fenêtre, ni mur.
Rodrigo Fresán, Mantra, éd. Mondadori, 2001

Geoffrey Crespel s’emploie, depuis plusieurs années, à mettre en scène des dispositifs qui se réfèrent autant aux espaces littéraires « monstrueux » d’un Borges ou d’un Danielewski qu’aux dédales labyrinthiques que suggèrent ces formes d’architectures mentales.
L’artiste puise dans les récits de ces « utopies spatiales » pour impliquer le corps du visiteur dans des scénographies complexes et démultipliées, qui remettent en cause les archétypes de nos architectures modernes et la mémoire vivante de ces espaces quotidiens, comme la maison, l’atelier ou la chambre.
Si les murs transpirent, respirent et toussent, un personnage allégorique* y vit et symbolise tout autant la posture de l’artiste que la mémoire de ces espaces sensibles qui rétrécissent ou s’étendent à l’infini. Pris entre une architecture impérieuse et la précarité de son équilibre, le visiteur se retrouve dans une relation conflictuelle entre la nature géométrique de l’espace physique et celle, entropique, de son propre corps.
*Le chat, figure romantique de la « sauvagerie domestiquée » contenue dans notre urbanité, qui ne perçoit le monde extérieur que depuis sa fenêtre.

Judith Lavagna
Octobre 2010

www.geoffreycrespel.fr

Guillaume Aubry, project presentation

Artiste et architecte de formation, artiste sans atelier, Guillaume Aubry développe des projets qui prennent souvent la forme d’installations faites de matériaux simples empruntés, transformés sur les lieux même de l’exposition. Ce travail in situ est mis au service d’un scénario. La fiction constitue une sorte d’outils dont l’espace d’exposition serait le matériau lui-même, forme d’activation et de désactivation reliée à l’espace et à ses contraintes d’occupation.

Guillaume Aubry réalise une production en marge de l’œuvre elle-même, affiliée au processus et à la temporalité d’un « scénario prédéfini dont le visiteur ne sait pas trop si le spectacle a déjà eu lieu où s’il n’a pas encore commencé ».

Guillaume Aubry est invité en résidence en mai 2011 pour la production d’un workshop et à travailler sur la question de la mise en scène associée à l’espace du white cube, catalyseur et activateur de l’échelle de la Schaubühne Lindenfelds toute entière.

Judith Lavagna

Image : Exhibition FORECAST (le romantisme allemand), DAF project, Nantes, july 2011. Project realized from documentation and researche undertaken by Guillaume Aubry in residency at Fugitif in May 2011.

Working parallel in art and architecture drove me slowly to realize in situ art works while working mainly in collaboration. Those collaborations with other artists, researchers, musicians, dancers or students in the case of workshops are often based on a pre-defined scenario applied to the exhibition space, whereas the space itself serves to endorse the main character.

The interest of my work is not so much the narrative in itself, but rather the ways in which almost imperceptible modifications of the space can re-enact the exhibition as a whole. If some of those pieces can be considered as performances, my major aim is not the show (the performative time) but the gap between it and the final distorted apprehension by the public / audience. Working on non-narrative installations actually deals with fantasy and personal fiction as ways of understanding the work.

Political, economical and cultural contexts are components that have strong side effects on my art works.

Relating to my residency at Fugitif supported a wish I have to challenge my practice in a more shared and reflexive way.

Guillaume Aubry, mai 2011.

Die Leiter au 16

Nans Quétel et Loïc Pantaly sont de retour à Fugitif en Novembre 2010 pour participer au 16ème festival du film Français de Leipzig, lors de l’exposition « Unter den Fliesen » à la Schaubühne Lindelfels.

Ils réalisent et diffusent sur place Die Leiter, la septième marche.

Voir les autres vidéos

Un architecte en r

Texte de Ronan Lacroix, architecte en résidence en juillet 2010.

« Le bâtiment qui réunit administration, production et habitation, n’est pas terminé. Le principal est là : Toit, murs, planchers, fenêtres. Le confort viendra plus tard. L’enjeu réside justement dans cet entre-deux.
Il ne s’agit pas ici d’achever une construction en devenir mais au contraire d’instaurer cet inachèvement comme une valeur positive, libératrice et créative pour le lieu. À la planification rationnelle de l’architecte, il faut ici imposer une logique d’accumulation quasi organique. Un processus d’auto-construction dont l’architecte invité se retrouve acteur, au même titre que les différents résidents. La construction du lieu le précède et lui succède, il ne fait qu’y participer à un moment donné. Le défi posé est donc de générer du « plus », proposer un dispositif qui conduira au-delà de l’architecture existante à des possibles nouveaux. »

Die Leiter (l’ascension des marches), chez Fugitif.

Résidence Fugitif de Juillet 2010.

« Die Leiter » est une série de vidéos réalisée par Nans Quétel et Loïc Pantaly. Cette série traite d’un profond intérêt commun pour les secrets de la vie quotidienne et l’héroïsme. Un rapport indiscernable et ambigu entre les deux protagonistes traite de cet intérêt par l’absurde et le comique de répétition (du fait de la série). Le titre, Die Leiter (l’échelle ou les guides), fait référence à l’ascension, et de par son rapport au cinéma, celle des marches.

Certains des épisodes ont été co-produit par Fugitif, lors de la résidence Fugitif de Juillet 2010 avec le soutien de l’OFAJ.

Aux cours de l’année 2010 cette série a été exposée à la Galerie Plusnull pour l’exposition Sommer Falls, la galerie EEG en août pour le prix Porschismus (Porsche).

Tapetenprojekt

Un 14 juillet